• Valérie D

Qu'est-ce qu'un parfum cuir ?

Mis à jour : févr. 24



Le cuir marque. Dans l'intime universel, il tient une place à part.


Il s'intègre dans des paysages olfactifs variés. Des étendues sauvages de Russie à la peau tout aussi indomptable d'un homme, il se vallonne de notes chaudes, animales, de courbes fières, de souvenirs charnels ou rassurants, selon qu'il évoque le fier cosaque, les hommes de nos vies, le manteau long d'une mère ou le fourreau d'une femme croisée au détour d'une soirée. Rien n'est plus troublant qu'une peau dont le grain se frotte à la mémoire des sens.


Mais qu'est-ce qu'un cuir en parfumerie ?

Un parfum de tempérament qu'on laisse glisser sur la peau sans oser l'éperonner ? Une note tantôt goudronneuse, fumée, boisée, tantôt lumineuse qui se déploie dans des parfums que se réservaient autrefois les hommes ?



"Il y a d'abord le cuir traditionnel, à l'odeur fumée, emblématique de la maison LT Piver, celui que l'on nomme Cuir de Russie et qui évoque le cavalier cosaque frottant sa botte de cuir contre une branche de bouleau, explique François Hénin, président de la parfumerie Jovoy à Paris. Puis le cuir qui s'inspire de la matière, de l'odeur d'un sac à main neuf, de l'intérieur d'une belle voiture ou encore de la selle d'un cavalier. Enfin, la note cuirée se retrouve comme facette animale dans d'autres ingrédients. Le bois de Oud, par exemple, qui est très à la mode depuis quelques temps, a des facettes animale de tannerie, notes volontiers liées à une grande sensualité. On la retrouve, par exemple, dans Zafar de Xerjoff."



Une sous-famille

Aliénor Massenet, parfumeur chez International Flavors and Fragrance (IFF) et auteur des Cuirs Nomades de Memo Paris, ajoute que le cuir peut se retrouver là où ne l'attend pas. "Dans Trésor de Lancôme, par exemple, il y a une facette cuirée même si le parfum ne se présente pas comme un cuir. Aliénor Massenet rappelle que le cuir n'est pas tant une famille qu'une sous-famille et qu'il est difficile à travailler. "En mettre une petite goutte en demie facette dans un parfum qui est déjà très floral, très oriental, c'est facile, mais faire un vrai cuir, ce n'est pas évident. On peut très vite aller dans quelque chose qui est trop sec, trop vieux ou trop sombre. Il n'est pas aisé de faire un cuir "addictif" parce qu'un cuir peut devenir très vite animal, fumé. Ce qui est excitant, c'est de faire un cuir lumineux qui attire", raconte l'auteur d'Irish Leather, un véritable cuir vert, dynamique, qui se dévoile comme un paysage en mouvement.



L'odeur du cuir n'existe pas

"Les parfums qui s'articulent autour du cuir sont parmi les plus difficiles à interpréter, voire même à porter", confirme Ramon Monegal, parfumeur et auteur de Mon Cuir, un cuir intimiste qui évoque autant un homme aimé qu'un ancien soi qu'on peinait à retrouver. "L'odeur du cuir n'existe pas. Elle doit être recomposée avec des ingrédients tels que le bouleau, le styrax, l'encens, la myrrhe, les feuilles de patchouli, l'absolu de castoréum, le labdanum, des épices et bien d'autres ingrédients encore."



Michel Almeirac, auteur de Cuir Améthyste d'Armani ou encore l'addictif Bottega Veneta le parfum, renchérit "Le cuir symbolise un vrai challenge de création. Cette matière ne peut pas être traitée pour en extraire une essence ou une absolue. Il est donc nécessaire de reconstituer son odeur d'après sa propre interprétation, avec les produits de notre palette. Faire ressortir toutes ses facettes chics, élégantes, signées et raffinées est un travail délicat."


1 Les cuirs, Cuir Ottoman

3 petite histoire du cuir en parfumerie

4 le retour des cuirs

Posts récents

Voir tout