• Valérie D

Le retour des cuirs

Dernière mise à jour : févr. 24





Les parfums cuirés sont forts d'une symbolique telle que l'on n'aurait pas eu l'idée durant fort longtemps de les faire porter par une dame dont le sillage se devait d'être, selon les conventions olfactives, plus floral qu'animal. Il aura fallu attendre Tabac Blond de Caron en 1919 ou encore Cuir de Russie de Chanel en 1927 pour que la gente féminine s'approprie des notes cuirées. Chanel imaginait Cuir de Russie dans le sillon d'une femme "à la démarche décidée, à la voix habituée au commandement".

Dans les années 80, Montana osait, avec Parfum de peau, offrir un cuir bestial aux peaux les moins frileuses mais les années 90 ont vu disparaître les parfums forts en caractère en faveur d'odeurs de propre, de parfums plus aseptisés.



Le retour des cuirs

Aujourd'hui, les notes de cuir s'insinuent dans de plus en plus de créations contemporaines. "Ce sont des cuirs propres, explique Marc-Antoine Corticchiato (Parfum d'Empire). S'ils reviennent sur le devant de la scène, c'est que le parfumerie commerciale reprend les codes de la parfumerie de niche axée sur l'authenticité, la sélection de belles matières premières."

Un avis que partage Aliénor Massenet (IFF): "je crois que le cuir gagne en popularité pour plusieurs raisons. La première, c'est qu'il y a une distribution de niche qui permet à un parfumeur de faire des notes plus créatives. Les marques de grande distribution peuvent regarder ensuite ce qui marche bien et s'en inspirer. De nouveaux marchés se développent également dans le monde. Ils ont des goûts olfactifs différents de ceux des européens. Les consommateurs du Moyen-Orient, par exemple, aiment beaucoup le cuir et les parfums de caractère. Cela permet de faire bouger un peu la parfumerie européenne."

Pour Pierre Guillaume, auteur de très beaux cuirs vibrants, le retour des cuirs s'explique de deux manières: "On revient toujours aux classiques mais on découvre aussi des facettes cuirées ou animales dans de nouveaux ingrédients naturels ou synthétiques qui permettent de renouveler le genre."



Un vieux fantasme de parfumeur

On dit du cuir qu'il est un vieux fantasme de parfumeur, ce que confirme Ramon Monegal. "Je suis attiré, captivé - que dis-je ! - hypnotisé, obsédé par l'odeur du cuir. Il fallait que je compose un cuir rien que pour moi, Mon Cuir, un cuir protecteur, puissant, un cuir noir comme ma Harley Davidson, inspiré par la puissance que confère le bois fumé, la liberté de l'air qui fouette le visage, la sensualité musquée du cuir sur la peau, par l'élégance des mouvements qui se font soudain félins, par la liturgie solennelle qui entoure le cuir et ses rituels, par la promesse d'un script annonçant l'aventure... Pour moi, le cuir est définitivement le complice de nouveaux défis."

"Le cuir m'a très souvent hanté, confie à son tour Bertrand Duchaufour. Et à l'heure actuelle, il me transcende complètement. Plus je le travaille et plus j'ai envie de le travailler. Peu de matières premières me font cet effet."


1 Cuir Ottoman

2 Qu'est-ce qu'un cuir en parfumerie ?

3 Petite histoire du cuir parfumé

173 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout